06/11/2007

 

Citation du jour: " Le bon côté des embranchements, c'est qu'on peut enfin s'asseoir et réfléchir."

Départ: BERNAY

Arrivée: ORBEC

Distance parcourue: 25,831 km

Commentaires

La nuit a été impeccable, la journée devrait donc être excellente !

Pas de rosée ce matin à mon réveil, des vêtements propres, un bon café, et me voilà prêt à partir. Après avoir salué les gérants du camping, je prends le chemin.

Beau parcours boisé de part et d'autre de la Charentonne. Certains sites paraissant accueillants au premier abord le sont un peu moins si on y regarde de plus près. Des panneaux sont assez dissuasifs pour empêcher quiconque de s'y arrêter pour piqueniquer ou simplement y prendre quelques instants de repos ! Je préfère pour ma part suivre ces sages conseils et continuer jusqu'à Broglie.

C'est donc là que je m'arrête pour y casser la croûte dans un petit café. Je ne me souviens plus du nom, mais il est situé à gauche sur la place en tournant le dos à l'église. On y sert des petits repas à des prix très démocratiques (entre 6 et 11€) Vu l'heure, je me régale d'un sandwich (2€30) et d'une bière. Les portes de l'église étant ouvertes, j'en profite pour aller y faire un tour.

Etape sans problème. En chemin, je rencontre deux routards confirmés. J'effectue quelques kilomètres en leur compagnie. Souvent, à un croisement, ils me précèdent dans la bonne direction comme s'ils savaient où je vais ! Je n'ai qu'à les suivre jusqu'au moment où je dois emprunter une nationale sur quelques centaines de mètres. Le berger allemand m'y attend. Son copain est déjà beaucoup plus loin. Je comprends que nos chemins se séparent ici ! Il me regarde un long moment pendant que je continue ma route, comme s'il ne savait pas qui suivre. Il fait pourtant le bon choix et disparaît dans un petit sentier à la poursuite de son ami.

A Orbec, rien ! Du moins pour me loger. A l'Office du Tourisme, on me conseille d'aller voir au presbytère. Ma qualité de pèlerin devrait m'ouvrir des portes ! Là, j'ai des doutes ! Il y a longtemps que les églises ou leurs annexes ne servent plus de refuge aux pèlerins de passage comme au Moyen-Age. Et en effet, on n'y veut pas de moi ! "Allez voir à l'hôpital !" me propose celui qui repeint quelques chaises dans la cour et que je pense être le curé. Je lui réponds que je ne suis pas encore assez mal en point pour cela ! Après l'avoir remercié et n'étant forcément pas loin de l'église, j'en profite pour y passer. Bon sang, celle-ci est également ouverte ! Il y a des jours comme cela... !

Le seul camping de la région est par contre fermé ! Je râle ! Et quand je râle, il faut ensuite que je réfléchisse à la situation. Et comment bien réfléchir si ce n'est devant un bon verre de bière ? Vous suivez mon raisonnement ?

Quelques instants plus tard, je suis au "Touriste Bar". La patronne m'explique qu'à l'hôpital il leur arrive d'accueillir des nécessiteux ou même des gens de passage qui peuvent s'acquitter d'une légère contribution pécuniaire. Je comprends un peu mieux la réflexion du curé. Pourquoi ne pas tenter le coup ? Après tout, un lit d'hôpital vaut bien mieux que mon matelas gonflable, non ? Sur place, on m'apprend que ce n'est pas possible pour le moment. Tant pis.

Martine, la patronne du bar, m'a également indiqué un petit hôtel pas cher, et surtout, pas loin ! C'est finalement là que je trouverai refuge. Après la douche réparatrice et ma mise en tenue de sortie, un petit tour dans la ville me permet d'admirer de magnifiques maisons du Moyen-Age et de visiter le seul musée du coin: Le Vieux Manoir, qui présente de nombreux et intéressants objets de la vie d'antan ainsi qu'une exposition temporaire de vêtements d'opéra ! L'heure tardive à laquelle j'arrive m'oblige toutefois à en faire le tour presque au pas de course, malheureusement ! C'est un des regrets de mon périple: ne pas avoir assez de temps pour tout visiter, tout voir et discuter avec les gens que l'on rencontre en chemin !

Comme d'habitude, rien n'est ouvert avant 19:00 et de toutes façons, la seule pizzeria du coin ne fait pas de pâtes ! Retour comme promis chez Martine pour la remercier des renseignements. Apprenant mes déboires concernant le manger (oui je sais, il fallait l'oser celle-là !), en fin de soirée, alors que je me suis convaincu d'avaler une de mes rations à l'hôtel, elle se propose de me préparer les pâtes tant espérées ! Je n'en crois pas mon estomac ! Habituellement, elle ne sert des repas que sur l'heure du midi: entrée, plat principal, dessert ET fromage (en insistant sur le ET !), pour 10 € ! Je me contente de l'entrée et du plat de pâtes à la carbonara préparée par son mari le chef de cuisine ! Aaah ! le brave homme ! Je reçois une bière en compensation des plats que je n'ai pas pris. Je paie un verre en remerciement aux quelques personnes encore présentes. J'en reçois un autre en retour ! Si je me laisse faire, c'est parti pour une nuit blanche. Mais je ne me laisse pas faire, et je prends congé de mes bienfaiteurs en leur promettant de repasser boire un café le lendemain matin.

Cet après midi et cette soirée feront partie de mes meilleurs souvenirs de voyage.

La nuit sera à l'image de la journée: excellente !

11 Bernay-Orbec  042-1

Concis, préventif et trèèès dissuasif !

 

11 Bernay-Orbec  046-1

Mes deux copains routards

 

11 Bernay-Orbec 052-1

Saint Michel de l'église de Broglie

 

11 Bernay-Orbec 058-1

et celui de l'église de Obec.

 

11 Bernay-Orbec 068-1

Jolies maisons à pans de bois datant du M.-A.

 

11 Bernay-Orbec 064-1

Enseigne de maréchal-ferrant exposée au musée du Vieux Manoir

 

11 Bernay-Orbec 072-1

Et si vous passez par Orbec, allez dire bonjour pour moi à la sympathique Martine ainsi qu'à son mari !




 

11:05 Écrit par Ultr dans 15 Bernay - Orbec | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |